Tout est dans le titre. Il pleut.

IMAG1337

Donc, rien à dire de bien fun aujourd'hui.

Cela dit, j'en profite pour faire découvrir quelques attraits du monde nippon qui m'ont particulièrement marqué.

 

Les Distributeurs de boissons

Il y en a à tous les coins de rue. Et pas que les coins, en fait, le long des rues aussi. Dans le métro, à la sortie d'un resto, à côté des temples, sur la route, à proximité d'une pharmacie... N'importe où, car la soif ne frappe jamais à la porte et Dieu sait si ça peut arriver après une longue journée de marche!

Mais le plus impressionnant reste leur contenu. Soda, bien sûr, mais aussi toutes sortes de boissons : jus de fruits, thés arômatisés, café en canettes (oui, café en canettes), bière, boissons énergistantes, ou des boissons encore inconnues et qu'on ne trouve que dans le Pays du Soleil Levant.

Source: Externe

 

Les Glaçons

Parce qu'un été à Tokyo ressemble à l'hiver de Tatooine, les Japonais abusent des glaçons dans les restaurants lorsqu'il s'agit de boissons fraiches telles que les sodas, etc... Quant tu arrives dans un resto à Tokyo, une des premières choses qui se passe (outre les cuistos gueulant IRASHAIMASEEEEEEEE), c'est le serveur qui t'apporte immédiatement un vert d'eau glacé, avec 15 tonnes de glaçons. Histoire que tu en aies assez, quoi. Et après, si tu veut de l'eau au cour de ton repas, bah la caraffe est (suspens!) remplie d'eau glacée.

Dans le principe, je veux bien, ça rafraichit, c'est super agréable, et je dis pas non. En revanche, ils en mettent trois tonnes! Du coup, pour un ginger ale commandé, on va dire que le quart du récipient est constitué de glaçons, du coup il y a moins de boisson...

Source: Externe

Prendre le métro

Quand on pense à Paris, en premier lieu on pense généralement aux monuments, aux Champs Elysées, à la Seine, etc... Les Français pensent aussi au métro parisien, qui est franchement relou et assez vaste. Surtout quand il s'agit de planifier un itinéraire où il faut changer 3 fois de lignes pour prendre au final le RER B (s'il n'y a pas de suicide sur cette voie bien sûr).

Bah à Tokyo, c'est encore pire. Pire, dans le sens plus complexe, en fait. Car mine de rien, le métro tokyoite n'a rien à avoir avec son homologue parisien! Les stations sont plus nombreuses, plus propres, plus vastes, moins étroites, mieux indiquées... Au bout de 2 ou 3 jours, on s'habitue facilement. Et après ça, aucun métro français ne peux valoir ceux de Tokyo!

En revanche, la complexité de ce système provient de sources multiples. Déjà, le réseau est plus vaste, surtout avec les connexions des trains exterieurs et interieurs. Ensuite, les prix sont chers, vraiments chers, et augmentent en fonction de la distance parcourue. D'ailleurs, il faut à la fois poinçonner son ticket à l'entrée de la station, mais aussi à la sortie, pour vérifier qu'on a bien payer le bon tarif en fonction de la distance. Et enfin, comme si ce n'était pas assez chiant, il n'y a pas une seule compagnie qui gère le métro. Voilà, et bam, donc. La Toei et Tokyo Metro se partagent le métro "souterrain", tandis que la JR (Japan Railway) s'occupe des trains en exterieurs ainsi que des connexions à la banlieue (ceci dit, il y a un train qui fait le tour de la ville en cercle, la ligne Yamanote, qui est très célèbre).

C'est compliqué la première fois. Mais on s'y habitue. Surtout que certains trajets nécessitent non seulement de changer de station, mais aussi de compagnie, et donc de repayer... Heureusement, des cartes d'abonnement et de recharge existent. Elles font même porte monnaie, et peuvent être utilisées dans les distributeurs de boissons!

Source: Externe

 

Voilà. Assez pour aujourd'hui. Demain, nous nous remettons à bien visiter comme il se doit!

Et pour finir, un petit intermède musical...

IMAG1338

IMAG1339

U2 - City of Blinding Lights